Vu, Lu, Entendu...

12/04/2019

Tchika, le premier magazine féministe pour les petites filles




Vous avez bien lu : une revue féministe et qui le clame. Financée grâce à une collecte Ulule, ce premier magazine papier pour les filles de 7 à 12 ans sortira en juin avec pour ambition de débusquer les stéréotypes et leur apprendre à s'écouter et réaliser leurs rêves..

​Pour justifier sa ligne éditoriale, Tchika a publié quelques données sursa page d'Ulule : " Dans les manuels de CP, les femmes représentent 40 % des personnages et 70% de ceux qui font la cuisine et le ménage. Mais seulement 3% de ceux qui font un métier scientifique."

Elisabeth Roman, ancienne rédactrice en chef de Science & Vie Découvertes, à l'origine du projet, propose dans le premier numéro le portrait d’Amandine Henry, capitaine de l’équipe de France féminine de football, des informations sur les femmes astronautes, un dossier sur l’artiste Frida Kahlo, un article scientifique qui décortique les mains ou encore un papier sur la colère – le premier d’une série à propos des émotions.

Les 52 pages du magazine sont imprimées sur du papier recyclé et vendues par abonnement.

Pour s'abonner, il suffit de s'inscrire à la newsletter qui donnera toutes les indications !
2019_04_18_tchika,_le_premier_magazine_feministe_pour_les_petites_filles.mp3 2019 04 18 Tchika, le premier magazine féministe pour les petites filles.mp3  (2.41 Mo)






Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono