12/04/2019

Tchika, le premier magazine féministe pour les petites filles



Vous avez bien lu : une revue féministe et qui le clame. Financée grâce à une collecte Ulule, ce premier magazine papier pour les filles de 7 à 12 ans sortira en juin avec pour ambition de débusquer les stéréotypes et leur apprendre à s'écouter et réaliser leurs rêves..

​Pour justifier sa ligne éditoriale, Tchika a publié quelques données sursa page d'Ulule : " Dans les manuels de CP, les femmes représentent 40 % des personnages et 70% de ceux qui font la cuisine et le ménage. Mais seulement 3% de ceux qui font un métier scientifique."

Elisabeth Roman, ancienne rédactrice en chef de Science & Vie Découvertes, à l'origine du projet, propose dans le premier numéro le portrait d’Amandine Henry, capitaine de l’équipe de France féminine de football, des informations sur les femmes astronautes, un dossier sur l’artiste Frida Kahlo, un article scientifique qui décortique les mains ou encore un papier sur la colère – le premier d’une série à propos des émotions.

Les 52 pages du magazine sont imprimées sur du papier recyclé et vendues par abonnement.

Pour s'abonner, il suffit de s'inscrire à la newsletter qui donnera toutes les indications !
2019_04_18_tchika,_le_premier_magazine_feministe_pour_les_petites_filles.mp3 2019 04 18 Tchika, le premier magazine féministe pour les petites filles.mp3  (2.41 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 17






Le billet de la semaine

Fou


C’est fou de voir dans quels égarements conduit la récupération politique du malheur, de l’émotion collective d’un fait divers. Présidents de la République en tête. Courant après Le Pen père et fille, Nicolas Sarkozy s’en était fait une spécialité. Emmanuel Macron vient de sauter dans sa foulée. Le 14 avril, dans l’affaire Halimi,  la Justice a conclu à l’irresponsabilité pénale du meurtrier pris d’une "bouffée délirante" liée au cannabis : aussi sec, le Président de la République a demandé un "changement de la loi au plus vite". A problème de société complexe, réponse réflexe, irrationnelle. On peut se shooter volontairement pour commettre un acte programmé mais dans la plupart des cas l’usage des stupéfiants est lié à d’autres troubles ou à des conditions de vie difficiles voire dramatiques où la responsabilité des gouvernants dépasse celle des individus. Quand on sait que le nombre des malades psychiques en prison est déjà l’un des grands scandales français, ces récupérations électoralistes tiennent quelque part du délire. 

Michel Rouger
20210422_fou.mp3 20210422 Fou.mp3  (1.14 Mo)


22/04/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires