Le billet

06/02/2014

Taxi !



À Paris, ne sautez plus dans un taxi. De votre smartphone, appelez et attrapez pour une dizaine d'euros un VTC, un véhicule de tourisme avec chauffeur. Volant d'une main, smartphone de l'autre, celui-ci arrive illico. Et tout content. C'est un gars, une fille comme vous !  C'est sympa. Vous n'êtes pas accablé à l'arrière à l'écoute de RTL. Vous prenez place à l'avant, pour discuter. L'arrière c'est pour le chien et les poireaux bio. Le VTC ressemble à l'indispensable covoiturage sur longues distances et autour des villes mais en plus tendance : là, tout un chacun peut vraiment gagner des sous et piquer le travail des autres. Les chauffeurs de taxis, trop chers à cause des charges, trop mal organisés, n'ont plus qu'à sillonner Paris en bus entre deux petits boulots. Pendant ce temps, à San Francisco, Travis Kalancik, le PDG d'Uber  qui a lancé ses VTC à Paris le 5 février, peut appeler de son smartphone sa limousine avec chauffeur. C'est très tendance aussi.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires