Vu, Lu, Entendu...

TEZEA (opération "Zéro chômeur") : une expo et un livre


26/04/2018



Depuis le 20 avril et jusqu’au 18 mai, à la recyclerie de Pipriac (Ille-et-Vilaine), l'entreprise TEZEA (l'opération "Zéro chômeur" ) présente une exposition rassemblant vingt-sept portraits de chômeurs réalisés par Joëlle COLAS. Son titre : "Laver Les Ombres"  ou comment "donner un visage à la précarité."

Conseillère à l'agence Pôle Emploi de Saint-Malo, Joëlle Lucas a voulu donner un supplément d'humanité à son travail en proposant ce projet à des demandeurs d'emploi qu'elle a croqués, après les avoir pris en photo, en utilisant fusain, pastel et craie. 

TEZEA (opération "Zéro chômeur") : une expo et un livre

"Héros Chômeurs"

Tezea a aussi accueilli le 20 avril Loïc Dutay qui a écrit "Héros Chômeurs" à son intention.  Le livre est une rencontre entre le sociologue et douze chercheurs d'emploi, dans des cafés-philo, pour valoriser la fraternité qui unit des parcours de femmes et d'hommes. Loïc Dutay, dont on peut relire le portrait publié sur Histoires Ordinaires par Tugdual Ruellan, a aussi contribué à confier la gestion et le développement de la Boutique solidaire à TEZEA.

On peut commander "Héros chômeur" par internet en envoyant un mail  à l'auteur qui enverra en retour un lien permettant de payer le livre puis expédiera l'ouvrage.




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécue cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono