Vu, Lu, Entendu...

Sur la revue "Silence" : « Travailler moins, et si on essayait ? »


02/02/2017




Sur la revue "Silence" : « Travailler moins, et si on essayait ? »
Sous le titre « Travailler moins, et si on essayait ? », la revue "Silence" a choisi de consacrer le dossier du numéro de février au travail. Voilà qui enrichit le débat qui bat son plein depuis que le candidat du parti socialiste Benoît Hamon a mis le revenu universel à son programme. 

Le dossier est constitué de reportages ( en Haute-Garonne, par exemple, la scoop du bâtiment Inventerre organise le travail de ses huit salariés en fonction des besoins individuels et collectifs) ; d'analyses (les contrevérités sur les 35 heures) ; de tours d'horizon ( les 32 heures ont été adoptées dans nombre d'entreprises). "Silence" élargit aussi l'horizon en montrant ce qui se passe en Europe.

A côté de ce dossier, la revue, à son habitude, est riche en février de reportages et d'informations multiples dont le sommaire donne un aperçu.




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Londres-Paris-Alger

Ce 29 mars 2019, la Grande-Bretagne devait hisser les voiles du Brexit et s'éloigner gaiement des côtés européennes avec à la manœuvre la paire Farage-Johnson braillant le God save the Queen pinte au vent. But no. Et que Dieu sauve la reine en effet, tant les deux fieffés menteurs ont enlisé le peuple anglais dans une jelly épaisse. Parallèlement, à Paris, la monarchie républicaine vient de taper avec une violence inouie sur une partie de son  peuple et les appareils politiques semblent aussi has been que le Labour ou les Tories. Dans les deux riches et vieux pays, l'esprit démocratique semble fatigué. Qu'ils regardent alors au-delà d'une autre mer, au sud. Par des manifestations monstres, joyeuses et non-violentes, toutes générations et milieux confondus, le peuple algérien a fait plier la caste des profiteurs qui l'assujettit depuis l'indépendance. Nul ne connaît les lendemains de cette révolution pacifique mais la rue algérienne est sûrement une source d'inspiration pour les anciens empires, n'est-il pas ?  

Michel Rouger

28/03/2019

Nono