Le billet

29/09/2011

Rurale rébellion



Qu'y a-t-il de commun entre la lutte de Via Campesina et la victoire électorale de la gauche au Sénat ? Une chose : le peuple des campagnes a changé. Au diable not'maître, le curé, le notaire, le comte, le proprio, le vendeur d'engrais, l'indéboulonnable sénateur de droite... Voilà le Morbihan à gauche ! Aucun politologue autoproclamé n'avait lu ça dans son marc de café. Tous les châteaux devront s'y faire. La valetaille a déserté.

Michel Rouger


Tags : Paysans, Rural



1.Posté par Patrick Quéméner le 29/09/2011 23:19
Ils ne diront plus " Seigneur, venez donc caresser ma bosse "

Je rajouterai en essai et forcément , puisqu'il ne leur reste plus que les os .. !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires