01/05/2014

Rigolade



Pendant que nous déplorons la tentative de capture de notre fleuron Alstom par General Electric, quelle rigolade là-bas, en face, de l'autre côté de cet océan qui ne cesse de s'élargir. « Aller Jeffrey ! Aller Jeffrey ! », chantent les potes du club des 22 devant la résistance française. Les 22 potes, les patrons des multinationales « gorgées de liquidités » dont parle Le Monde, ont accumulé, General Electric en tête, 984 milliards de dollars de profits à l'étranger qui échappent à l'impôt. Alors, pensez, ils peuvent chasser ! Et joyeusement. Rien ne leur résiste. Les États payent leur brutalité, pansent les plaies,  s'endettent ; l'énergique chef du gouvernement français tord le bras de ses amis socialistes pour économiser 50 milliards d'euros : tout ça c'est de la rigolade. « Aller, Mike, sors le champagne. Comme disent nos amis français, fais sauter le bouchon ! » 

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires