Le billet

31/08/2017

Réformes



« Les Français détestent les réformes », a lancé en Roumanie le Président Macron à la veille de sortir ses réformes sociales. Bien sûr, il voulait dire « mes réformes », qu'il sait impopulaires : le Code du Travail, l'ISF etc. Oublions aussi le lieu de l'attaque. Parions sur le lapsus. Pas possible que notre jeune et très intelligent Président reprenne le vieux refrain, en apparence idiot, en réalité cynique, chanté par la droite libérale pour disqualifier tous ceux qui défendent les réformes conquises dans le passé. Et si certaines résistances syndicales peuvent paraître déphasées, elles n'ont assurément ni la puissance ni la nuisance de la ploutocratie qui déteste et combat les réformes majeures qui s'imposent aujourd'hui sur le climat, la santé, les inégalités, les exclusions. Lesquelles nourrissent une Le Pen et « ses » réformes. Au final, le Président Macron a surtout mal inauguré la réforme de sa communication annoncée en même temps. Il y a aussi des réformes ratées.

Michel Rouger

reformes.mp3 Réformes.mp3  (1.73 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires