Le billet

Réformes


31/08/2017




« Les Français détestent les réformes », a lancé en Roumanie le Président Macron à la veille de sortir ses réformes sociales. Bien sûr, il voulait dire « mes réformes », qu'il sait impopulaires : le Code du Travail, l'ISF etc. Oublions aussi le lieu de l'attaque. Parions sur le lapsus. Pas possible que notre jeune et très intelligent Président reprenne le vieux refrain, en apparence idiot, en réalité cynique, chanté par la droite libérale pour disqualifier tous ceux qui défendent les réformes conquises dans le passé. Et si certaines résistances syndicales peuvent paraître déphasées, elles n'ont assurément ni la puissance ni la nuisance de la ploutocratie qui déteste et combat les réformes majeures qui s'imposent aujourd'hui sur le climat, la santé, les inégalités, les exclusions. Lesquelles nourrissent une Le Pen et « ses » réformes. Au final, le Président Macron a surtout mal inauguré la réforme de sa communication annoncée en même temps. Il y a aussi des réformes ratées.

Michel Rouger

reformes.mp3 Réformes.mp3  (1.73 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Non - 22/02/2018

​Chers ghettos - 15/02/2018

​A la noix - 08/02/2018

​Président Et-Et - 25/01/2018

L'automobiliste - 11/01/2018

​On y croit - 04/01/2018

8 - 20/12/2017

​Lire - 06/12/2017

Tais-toi et marche - 23/11/2017

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Non

La Ghouta orientale. « L'enfer sur terre », dit Antonio Guterres, le secrétaire général de l'Onu. « Un autre Srebenica », alerte The Guardian, le quotidien britannque. Un carnage. Mais il a lieu en Syrie et comme en Bosnie hier, comme en Afghanistan, en Somalie, au Kivu ou au Yemen aujourd'hui, plus ça dure, plus c'est dur d'assister continûment au massacre des enfants et au renoncement des puissances. Alors l'envie vient de singer les singes de la sagesse. Rien voir, rien entendre, rien dire. Fuir. Oublier les guerres, les injustices, les périls. Consommer, communiquer, courir les émotions factices du siècle. Étouffer la voix intérieure. Mais cette voix reste là, constante, ardente. Non. Car il n'y a pas de bonheur sans elle. Et pas de liberté, d'humanité, sans s'indigner. Toujours.

Michel Rouger

22/02/2018

Nono










Newsletter