Le billet

15/01/2016

Primaire



Vous vous souvenez de la « primaire citoyenne » d'octobre 2011 pour désigner le candidat socialiste à la présidentielle ? Six postulants, plus de 2,8 millions de votants, un succès jalousé par la droite, un beau dépassement démocratique des partis, un grand brassage d'idées face aux complexes dérèglements de l'époque voire aux dystopies comme a dit curieusement Yolande l'autre jour. Mais ce qu'un Sarkozy ne peut plus faire, Hollande veut le refaire. "C'est moi le chef." Quarante personnalités réclament une primaire socialiste ? "Pas possible", sifflent les courtisans. En arrière toute. L'effet attentats, un peu moins de démocratie, une fois de plus. Hollande est devenu chef  de guerre. Mais un chef revenant devant ses troupes demander leur confiance, ce serait royal non ? Ça cache quelque chose. François Hollande semble éprouver un sentiment primaire : la peur. Un chef de guerre qui a peur, c'est ballot quand même.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires