Vu, Lu, Entendu...

Pour saisir le scandale mondial de l'aggravation des inégalités


25/01/2018



En 2016, les 1 % des revenus les plus élevés ont perçu 22 % du revenu mondial (16 % en 1980) contre 10 % pour les 50 % des plus bas revenus.
En 2016, les 1 % des revenus les plus élevés ont perçu 22 % du revenu mondial (16 % en 1980) contre 10 % pour les 50 % des plus bas revenus.
Les élites du pouvoir mondial, financier et politique, réunies à Davos, auront-elles un peu saisi l'ampleur du désastre et des menaces que constitue à tous les points de vue l'aggravation des inégalités ? En tous les cas, ce se sont pas les études qui manquent.

Entre toutes, on peut lire (pdf ci-dessous) le rapport 2018 du Laboratoire sur les inégalités mondiale. S’appuyant sur des méthodes nouvelles pour mesurer les inégalités de revenus et de patrimoines, les économistes, parmi lesquels Thomas Piketty, veulent "combler un déficit démocratique", et fournir aux acteurs de la société des outils pour débattre sur des faits.

Il y a aussi le rapport d'Oxfam qui a fait du bruit au moment de la réunion de Davis. Et bien sûr le travail régulier dont cette série d'études de L'Observatoire des Inégalités
 




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​A la noix

Le camembert vegan à base de noix de cajou débarque sur nos tables, annonce mon journal. Dit comme ça, à la louche, ce camembert est plus que louche. Une faute. De goût. Pire : contre l'esprit. Ce n'est pas une nouvelle mode, comme la poule qui passera bientôt au salon plutôt qu'à la casserole. C'est une tendance lourde. La tendance du faux. Le business de l'agro-chimie s'avance masqué. Il fait croire qu'une pâte de produit exotique HEC (à haute empreinte carbone) est meilleure pour la planète  qu'un fromage AOC en circuit court. Il fabricote, en touillant des molécules, du faux steak saignant, des faux œufs, des fausses langoustines. Et pirate, en transformant les cerveaux en pâte molle, notre patrimoine culturel immatériel. Le pays aux 1 200 fromages doit résister. Continuer à têter sereinement le lait bio de notre vache à la mamelle généreuse qui broute et rumine paisiblement sur nos vertes prairies. La vache, le plus vegan de nos amis les animaux. 

Michel Rouger

08/02/2018

Nono