Vu, Lu, Entendu...

Participer à 8 défis de la République


31/03/2016

Un outil de démocratie participative mis en place par le Gouvernement, à saisir plus que jamais !




Participer à 8 défis de la République
Quelle est la démarche ?

A la suite des attentats de janvier 2015, le Gouvernement a souhaité remettre au cœur de son action les valeurs d'égalité et de citoyenneté. Cette volonté a pris la forme d'un Comité interministériel "Egalité Citoyenneté"  le 6 mars 2015 : la plupart des ministres se sont réunis pour définir une feuille de route commune permettant d’apporter des réponses économiques, sociales, éducatives… aux Français.

Un deuxième comité interministériel s'est réuni le 26 octobre dernier. A travers ces deux comités, ce sont 65 mesures qui ont été décidées et engagées sur le terrain. Pour le troisième rendez-vous, qui aura lieu le 13 avril 2016, le Gouvernement souhaite associer les citoyens et les invite à soumettre eux-aussi leurs solutions aux défis de l’égalité et de la citoyenneté.

> Vous avez donc jusqu'au 6 avril pour participer autour de 4 thèmes : l’école, l’engagement et l’émancipation des jeunes, l’emploi et l’entreprenariat, et l’égalité réelle.

> Comment ?
Rendez-vous sur ce site : http://egalite-citoyennete-participez.fr/  pour
- proposer
- référencer, proposer des sources complémentaires d'infos
- argumenter pour ou contre
- voter

Il est indiqué : "Cette concertation n'est pas qu'un exercice de forme. Nous nous engageons à tenir compte de vos contributions." Un espace de démocratie à investir !

 




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Prétendre rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher le pas lent ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono