Le billet

Parade guerrière


16/08/2012




Émeutes le retour. Avec, à Amiens-Nord comme hier à Villiers-le-Bel, Montfermeil et tant d'autres, cette révolte lancinante et douloureuse de la population contre l'agressivité des bataillons policiers. Il est à craindre, hélas, que le pouvoir socialiste assume cet héritage sarkoziste sous la pression d'une certaine droite shootée à la peur et prompte à vociférer. Que se poursuive donc la parade guerrière, provocatrice et inefficace, mise en scène dans les quartiers populaires. De même, à un autre degré, que dans les gares, les ports et les aéroports. Quelles merveilleuses hôtesses d'accueil que ces militaires, mitraillette à la hanche, pointant les vacanciers ! Pourvu qu'ils ne mitraillent pas, un jour, en pleine gare... En fait, ils ne servent à rien. Lors de la tuerie de Toulouse, ils paradaient aussi. Pendant ce temps, Mohamed Mehra, pourtant fiché, se jouait de la police de notre République en treillis.

Michel Rouger


Tags : Amiens Nord



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter