Le billet

16/08/2012

Parade guerrière



Émeutes le retour. Avec, à Amiens-Nord comme hier à Villiers-le-Bel, Montfermeil et tant d'autres, cette révolte lancinante et douloureuse de la population contre l'agressivité des bataillons policiers. Il est à craindre, hélas, que le pouvoir socialiste assume cet héritage sarkoziste sous la pression d'une certaine droite shootée à la peur et prompte à vociférer. Que se poursuive donc la parade guerrière, provocatrice et inefficace, mise en scène dans les quartiers populaires. De même, à un autre degré, que dans les gares, les ports et les aéroports. Quelles merveilleuses hôtesses d'accueil que ces militaires, mitraillette à la hanche, pointant les vacanciers ! Pourvu qu'ils ne mitraillent pas, un jour, en pleine gare... En fait, ils ne servent à rien. Lors de la tuerie de Toulouse, ils paradaient aussi. Pendant ce temps, Mohamed Mehra, pourtant fiché, se jouait de la police de notre République en treillis.

Michel Rouger


Tags : Amiens Nord


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires