Le billet

PSA


12/07/2012




8 000 emplois supprimés. La lame est tombée. Aulnay exécutée. Rennes amputée. Des urgences effrayantes à gérer pour le nouveau gouvernement. Des syndicalistes, des salariés, contraints à l'héroïsme pour leur dignité et leur quotidien. Les trois lettres PSA sont sinistres aujourd'hui. Qu'ont fait les dirigeants de nos Peugeot et nos Citroën ? Varin, le PDG, a accumulé les erreurs stratégiques mais lui, bien sûr, garde son poste. C'est "la crise". Sous les dix années du pouvoir précédent, l'industrie française a perdu 750 000 emplois, c'était aussi  "la crise". Ou « les fameuses charges sociales trop élevées », jamais l'absence de vision et de courage. Responsables, pas coupables, vieille rengaine.  Il y a de la colère depuis ce 12 juillet et elle se comprend. 

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Juste

Le système actuel de retraite est-il juste ? Non. La réforme Macron est-elle juste ? Non. Sous couvert d'un système universel, elle maintient voire aggrave en effet les plus grandes injustices : l'impact de la pénibilité du travail, des inégalités femmes-hommes, de la précarité et en fin de compte leurs conséquences sur l'espérance de vie. On pourrait rêver d'un grand élan de justice porté par un Macron – le Juste mais, au vu du bilan actuel, de l'ISF à l'assurance chômage, c'est aussi incongru que de parler de Sarkozy l'Intègre ou de Hollande le Visionnaire. En même temps, le mot juste est assez macronien : il a plusieurs sens en même temps, justement. On peut dire ainsi que la réforme Macron, en matière de justice, est beaucoup trop juste. Voire qu'elle est juste injuste ? Et qu'elle peut enflammer la protestation qui couve dans le pays ? Tout juste. 

Michel Rouger

05/12/2019

Nono

Newsletter