Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
12/07/2012

PSA



8 000 emplois supprimés. La lame est tombée. Aulnay exécutée. Rennes amputée. Des urgences effrayantes à gérer pour le nouveau gouvernement. Des syndicalistes, des salariés, contraints à l'héroïsme pour leur dignité et leur quotidien. Les trois lettres PSA sont sinistres aujourd'hui. Qu'ont fait les dirigeants de nos Peugeot et nos Citroën ? Varin, le PDG, a accumulé les erreurs stratégiques mais lui, bien sûr, garde son poste. C'est "la crise". Sous les dix années du pouvoir précédent, l'industrie française a perdu 750 000 emplois, c'était aussi  "la crise". Ou « les fameuses charges sociales trop élevées », jamais l'absence de vision et de courage. Responsables, pas coupables, vieille rengaine.  Il y a de la colère depuis ce 12 juillet et elle se comprend. 

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Super Total - 29/06/2022

La panne - 22/06/2022

D-Day Land - 09/06/2022

Silence, on coupe - 02/06/2022

​Les oubliés - 26/05/2022

​Y’a un hic - 19/05/2022

​Chaud - 10/05/2022

Risques - 05/05/2022

Re-calculs - 27/04/2022

50,5% - 13/04/2022

Théâtre - 06/04/2022

Le blé - 30/03/2022

Utile or not Utile - 22/03/2022

​Nos valeurs - 16/03/2022

2 euros - 10/03/2022

Sarajevo – Kiev - 03/03/2022

Com’ miracle - 24/02/2022

Trahir - 15/02/2022

En bref - 10/02/2022

1 2 3 4 5 » ... 25

Nono | Le billet | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires | Nos lectrices et lecteurs publient