Le billet

Oups...


28/11/2013




Ça, c'est du pilotage. Bombardé soudainement de coups de klaxon furieux, le patron de PSA, Philippe Varin, a arraché sa C6, quitté l'avenue des Francs-Bourgeois et pénétré dans la ruelle des Repentis, abandonnant prestement les 21 millions d'euros de sa retraite-chapeau. Chapeau. Et courageux, a dit Pierre Gattaz, le patron du syndicat des patrons. En effet : que celui qui a un jour, volontairement, balancé 21 millions par la vitre arrière se lève !  Maintenant, cet argent que le groupe PSA mettait de côté pour 25 années de vieux jours de son PDG, que peut-on en faire ? Il pourrait servir à adoucir un brin les dégâts de la récente et terrible embardée de l'intéressé. Une hécatombe. Des blessures immenses à Aulnay et à Rennes. Mais les 21 millions vont sans doute être vite oubliés. Et ça repartira : roulez carrosses !
 
Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter