Le billet

29/01/2015

Osons l'ouzo



Il faut arroser ça. Enfin, un gouvernement qui préfère son peuple aux graphiques, statistiques et déficits. À l'argent des banquiers, des marchés, des fortunés. Aux litanies de midi moins cinq en-direct-de-la bourse. Aux oukases de l'Europe du grand duc du siphonage fiscal. Pour les dimanches des Européens, imposons désormais l'ouzo à l'apéro. À ta santé, Aléxis. À ta santé Yanis :  « L'Europe, comme vous dites, ne devra plus compter sur notre misère ». Celle des Grecs et des autres. L'austère Angela et les financiers couleur anthracite vont vous faire chanter ? Faites-les danser. Doucement, puis vite, très vite. Que naisse l'Europe du sirtaki. Pour qu'enfin tournent les têtes.

Michel Rouger 

 





1.Posté par Alberte et Ilija le 30/01/2015 15:56
Nous ne sommes pas top au sirtaki mais nous nous débrouillons avec l'ouzo ! Santé ! ESPOIR !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires