Le billet

Osons l'ouzo


29/01/2015




Il faut arroser ça. Enfin, un gouvernement qui préfère son peuple aux graphiques, statistiques et déficits. À l'argent des banquiers, des marchés, des fortunés. Aux litanies de midi moins cinq en-direct-de-la bourse. Aux oukases de l'Europe du grand duc du siphonage fiscal. Pour les dimanches des Européens, imposons désormais l'ouzo à l'apéro. À ta santé, Aléxis. À ta santé Yanis :  « L'Europe, comme vous dites, ne devra plus compter sur notre misère ». Celle des Grecs et des autres. L'austère Angela et les financiers couleur anthracite vont vous faire chanter ? Faites-les danser. Doucement, puis vite, très vite. Que naisse l'Europe du sirtaki. Pour qu'enfin tournent les têtes.

Michel Rouger 

 






1.Posté par Alberte et Ilija le 30/01/2015 15:56
Nous ne sommes pas top au sirtaki mais nous nous débrouillons avec l'ouzo ! Santé ! ESPOIR !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Virus

Panique. Nous sommes cernés. Il attaquait par l’Est, il arrive par le Sud. Les Bourses ont la fièvre, l’économie mondiale chancelle et dans les foyers, la moindre toux devient suspecte. Le rationnel perd ses défenses immunitaires. Bientôt va surgir une infox virale sur internet : la fin du monde approche. En fait, s’il faut bien sûr l’enrayer, le coronavirus n’est pas très méchant pour les corps, bien moins que la grippe qui, bien que peu violente, a déjà fait quarante morts cet hiver. Il atteint surtout  les esprits. Il s’y niche, mue, réveille les virus à l’affût : le racisme, le sensationnel, l’anxiogène. Lesquels, à leur tour, génèrent un virus redoutable : l’oubli. Sur Idlib, il pèse aussi lourd que les bombes. Dommage pour les enfants, les femmes et les hommes prisonniers de l’enfer : si le coronavirus arrivait jusque là, peut-être... 

Michel Rouger

26/02/2020

Nono

Newsletter