Le billet

09/05/2013

Non au mariage Ayrault-Fillon !



C'est le premier dérapage du « mariage pour tous ». Selon un sondage, 78 % des Français rêvent d'un gouvernement d'union nationale. En clair, Jean-Marc Ayrault et François Fillon vivant ensemble après les noms d'oiseaux des semaines passées. Disons-le tout net : c'est non ! Fondamentalement, il y a là une atteinte intolérable aux traditions françaises, à notre culture discutailleuse, querelleuse, cabocharde. Concrètement, serait mis de côté tout ce qui fâche, l'école, la justice (fiscale, sociale...), les libertés, la culture, et tout autre sujet aussi secondaire. Ne serait débattue à la table familiale qu'une seule question : l'économie. Comment faire baisser le chômage, domestiquer la haute finance, remettre l'économie au service de la société. Mais, là-dessus et comme dans la plupart des pays, les gouvernements de gauche et de droite ne s'entendent-ils pas depuis plus de trente ans ? Avec le succès que l'on sait. Mieux vaudrait qu'ils divorcent. Et que la gauche retrouve son trousseau. 
 
Michel Rouger 




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires