16/04/2020

Medef-19



A peine esquissé le fragile espoir d’un possible ralentissement  de la progression du Covid-19, il a ressurgi. Le Medef-19. Connu sous diverses appellations depuis la révolution industrielle, lui ne s’attaque pas directement aux individus mais au corps social qui ne travaille jamais assez, va devoir bosser encore plus dur demain pour que ruissellent les dividendes. Sans surprise, le virus est réapparu expectoré samedi par le leader des grands patrons (mais pas des entrepreneurs), confiné nomade ces temps-ci entre sa résidence parisienne et son manoir du Croisic. Alors, comment  s’en protéger ? Inverser l’injonction. Que tous les chers compatriotes imposent au Président, aux ministres, aux sénateurs et députés des gestes barrières. Se tenir au moins à dix mètres du grand patron, se protéger les oreilles, délaisser ses dossiers, communiqués, propositions de loi pré-rédigées. Et s'en laver les mains. Rassurant : « Sachons sortir des sentiers battus, des idéologies, nous réinventer, moi le premier », a dit lundi soir le Président. Il y a là un fragile espoir d’un possible recul du Medef-19.

Michel Rouger

vocal_001_4.mp3 Vocal 001.mp3  (674.2 Ko)



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

​Séparatisme - 19/01/2021

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires