Vu, lu, entendu... Revenus / Pauvreté

28/11/2013

« Ma vie à 2 balles » ou la débrouille des jeunes (webdoc)




Comment les 18-25 ans affrontent-ils tous les obstacles qui se dressent devant eux ? Accès au logement et aux soins, emplois précaires… Heureusement, ils regorgent souvent d'imagination. Le webdocumentaire Ma vie à 2 balles, réalisé par Sophie Brandström en témoigne.
 
Il y a Joffrey, intarrissable sur les petits savoir-faire qui dépannent et sauvent l'espoir ; Jeanne qui mise, avec Marion, Jennifer et Fanette, sur la débrouille et la créativité pour « vivre au dessus de leurs moyens » ; Julien, qui s'appuie sur entraide ; Morgan, l'amoureux de la nature, qui vit  dans une yourte avec Claire ;  Noémie, qui explore les ressources du web pour donner le meilleur à ses enfants ; Thibault dont le but dans la vie est de passer plus de temps avec ses enfants...
 
Voir aussi le commentaire de Rue89, partenaire du webdoc.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires