Le billet

22/12/2016

Lettre au Père Noël



« Père Noël, t'es nul. Tu sues sous ton manteau rouge alors qu'il ne neige pas, qu'il ne neigera plus à cause du dérèglement climatique provoqué par tes grosses usines de jouets pour les petits et surtout les grands. Tu sues à transporter tes ballots avec ta bedaine de capitaliste qui fait travailler les enfants. Moi, je sais que c'est maman et papa qui font les cadeaux, pas toi.  Je les ai vus aller sur le bon coin. Je voudrais une vieille robe de princesse et aussi un gros camion jaune : il faut mélanger les genres, dit papa qui a une mère féministe. En fait, si je t'écris, c'est pour faire plaisir aux grands : ils croient beaucoup au Père Noël, ceux qui vont voter Poutou à l'élection présidentielle mais pas seulement. Je t'écris pour qu'ils croient que je crois. A Noël, nous, les enfants, on doit faire plaisir aux grands. » Signé Arlette, 2 ans. C'est fou ce que les enfants d'aujourd'hui sont en avance.

Michel Rouger

Lettre au Père Noël
2016_12_22_lettre_au_pere_noel.mp3 2016 12 22 Lettre au Père Noël.mp3  (1.27 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires