Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

29/10/2013

Les soldats français dans la (vraie) guerre



En onze ans de présence en Afghanistan, la France a vu mourir 88 soldats ; 800 autres ont été blessés ; beaucoup,  indemnes physiquement, souffriront longtemps de traumatismes psychologiques. 
 
Le reporter photographe Philippe de Poulpiquet s'est rendu à six reprises auprès des soldats combattant en Afghanistan. « Je me suis souvent demandé, dit-il, comment photographier cette guerre. Comment rendre compte de sa violence, de son horreur, dont on ne parle pas au retour, "parce que cela ne sert à rien". Comment photographier la mort? Comment témoigner de la douleur qu'elle engendre pour des vies entières? »
 
Pour tenter d'y répondre, Philippe de Poulpiquet a enquêté durant trois ans en France, rencontré les familles, suivi des soldats en train de se reconstruire et il a photographié leur quotidien. Son travail est rassemblé dans le livre « Pour la France  »(25 €, éditions Grrr...art Eds). « A travers eux, poursuit le photographe, j'ai voulu montrer le vrai visage de la guerre et raconter ce qui est désormais leur "nouveau combat". »









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires