Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

30/01/2011

Les pensées d'Edgar Morin pour des réformes révolutionnaires




Les pensées d'Edgar Morin pour des réformes révolutionnaires

Dans une interview en cinq chapitres parue la semaine dernières sur emploiparlonsnet.fr, le philosophe Edgar Morin indique ses idées de réforme. Pensée "réformiste révolutionnaire" pour bouger notre "vieux monde". Utile au moment où les jeunesses éduquées des sociétés émergentes entrent en "révolution"...


Dans le premier interview il nous invite à  "réveiller le logiciel du nous ". Il propose ensuite de "se désintoxiquer avec la nouvelle économie" et aussi de "régénérer l'espérance". Pour sortir des effets néfastes de la bureaucratisation à outrance il nous appelle à "mettre un certain désordre". En identifiant les aspects positifs de la mondialisation, il propose en même temps de "démondialiser et revitaliser"

Ces interviews nous encouragent à la lecture du dernier ouvrage du Philosophe "La Voie, pour l'avenir de l'humanité" aux éditions Fayard. Lire aussi l'interview de Rue89.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono