Le billet

09/05/2012

Le sourire d'Awaline



Awaline est une petite française de 10 ans dont le père est Africain. Plus moyen ces temps derniers de la décrocher des élections à la télé. La peur d'une petite de 10 ans. Peur, demain encore, de ne pas pouvoir être noire et française, peur d'être soupçonnée, rejetée, différente des copines. Awaline, depuis le 6 mai, sourit, respire. Tout le monde un peu, non ? L'air était lourd. Trop de tensions, de divisions, de mépris. De l'Élysée à l'école, au boulot, dans le bus : le coup de coude, le Moi d'abord, tel un poison. Depuis dimanche, on sent qu'on peut revivre ensemble, dans la même société et même se dépasser. Le nouveau Président de la République a deux grandes priorités :  la justice et la jeunesse. On va donc enfin reparler d'avenir, de progrès ! Tu peux respirer Awaline, les fenêtres sont de nouveau ouvertes.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires