Le billet

21/08/2014

Le rameur



« Toute godille ou tout zigzag rendrait incompréhensible notre politique », a dit François Hollande en s'accrochant à ses rames, au milieu des courants du PS, devant la rentrée pourrie qui pointe à l'horizon. Mais la métaphore est troublante. N'est-ce pas une sorte d'antiphrase, de lapsus calami ? On imagine volontiers le Président se disant le soir au fond de son fragile esquif : « Depuis deux ans, toutes les godilles, tous les zigzags rendent incompréhensible ma politique ; un coup à gauche, un coup à droite, deux coups de travers, je n'avance pas, je recule. » Députés socialistes, comprenez donc le drame du rameur solitaire dans la nuit élyséenne. Cessez de fronder, soutenez. Au fond, soyez des godillots, attribut qui n'a rien de la godille, légué par Alexis Godillot, le père franc-comtois du célèbre brodequin par ailleurs grand organisateur de fêtes officielles sous Napolélon III. Pas de fête aujourd'hui. On rame.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires