Le billet

05/04/2012

Le patron humaniste s'offre un bonus



Dans la série des patrons gloutons qui n'en ont jamais assez, Maurice Lévy vient de s'offrir une petit pub. 16,2 millions d'euros, c'est la somme qui va lui tomber du ciel au titre du bonus de l'année. Evidemment, il aurait préféré que ça ne se sache pas. Un tel jackpot colle mal avec l'image du patron humaniste et bienfaiteur qu'il s'efforçait de véhiculer. Le président du directoire de Publicis avait même pris la plume l'an dernier pour se dire favorable à une contribution exceptionnelle des plus riches. 
Forcément, un débat s'ensuit sur internet. Des médias ont révélé que le personnel a été sommé, comme en Corée du Nord, de dire son attachement par des e-mails de soutien au cher patron qui a tant sué pour faire pousser la boite. D'où un profond malaise en interne. Des salariés révèlent sous pseudo qu'ils aiment leur entreprise, se défoncent pour elles mais ne sont jamais récompensés. 
Triste monde. Même les publicitaires payés pour peindre le monde en rose deviennent grognons. 
Alain THOMAS.
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires