Le billet

05/04/2012

Le patron humaniste s'offre un bonus



Dans la série des patrons gloutons qui n'en ont jamais assez, Maurice Lévy vient de s'offrir une petit pub. 16,2 millions d'euros, c'est la somme qui va lui tomber du ciel au titre du bonus de l'année. Evidemment, il aurait préféré que ça ne se sache pas. Un tel jackpot colle mal avec l'image du patron humaniste et bienfaiteur qu'il s'efforçait de véhiculer. Le président du directoire de Publicis avait même pris la plume l'an dernier pour se dire favorable à une contribution exceptionnelle des plus riches. 
Forcément, un débat s'ensuit sur internet. Des médias ont révélé que le personnel a été sommé, comme en Corée du Nord, de dire son attachement par des e-mails de soutien au cher patron qui a tant sué pour faire pousser la boite. D'où un profond malaise en interne. Des salariés révèlent sous pseudo qu'ils aiment leur entreprise, se défoncent pour elles mais ne sont jamais récompensés. 
Triste monde. Même les publicitaires payés pour peindre le monde en rose deviennent grognons. 
Alain THOMAS.
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Essentiel - 26/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

Couché ! Pas bouger - 01/10/2020

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires