05/04/2012

Le patron humaniste s'offre un bonus



Dans la série des patrons gloutons qui n'en ont jamais assez, Maurice Lévy vient de s'offrir une petit pub. 16,2 millions d'euros, c'est la somme qui va lui tomber du ciel au titre du bonus de l'année. Evidemment, il aurait préféré que ça ne se sache pas. Un tel jackpot colle mal avec l'image du patron humaniste et bienfaiteur qu'il s'efforçait de véhiculer. Le président du directoire de Publicis avait même pris la plume l'an dernier pour se dire favorable à une contribution exceptionnelle des plus riches. 
Forcément, un débat s'ensuit sur internet. Des médias ont révélé que le personnel a été sommé, comme en Corée du Nord, de dire son attachement par des e-mails de soutien au cher patron qui a tant sué pour faire pousser la boite. D'où un profond malaise en interne. Des salariés révèlent sous pseudo qu'ils aiment leur entreprise, se défoncent pour elles mais ne sont jamais récompensés. 
Triste monde. Même les publicitaires payés pour peindre le monde en rose deviennent grognons. 
Alain THOMAS.
 


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires