Le billet

Le grand bond en arrière


29/03/2012




Une révolution est en marche en Europe et personne, quasiment, n'en parle durant la campagne électorale ! En Espagne, une loi du 12 février a donné un grand coup de fouet aux licenciements : huit fois plus en Andalousie, trois fois plus en Catalogne la semaine suivante. Les Espagnols étaient en grève générale ce jeudi 29 mais franchement, qu'y peuvent-ils ? De leur côté, les syndicats italiens luttent contre la toute récente loi sur le « bon travail » qui facilite aussi les licenciements mais on ne lutte pas contre le vent de l'Histoire ! La révolution de droite avance. Avec le passé pour horizon. En France, rendez-vous la semaine prochaine avec le programme de son candidat et le 7 mai, peut-être bien, pour le grand bond en arrière à la française.

Michel Rouger 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono

Newsletter