Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La victoire du bourreau

02/08/2012

Y aura-t-il aux Jeux de Londres un poing levé, un temps de silence, une phrase, au moins deux syllabes murmurées : Alep ? Pendant ce grand moment de paix présumée entre les peuples, l'espoir de paix du peuple syrien, lui, meurt dans le sang.  Bachar el-Assad est en train de gagner. Non pas la guerre, qu'il a déjà sans doute perdue, mais les lendemains de la guerre. Il avait tout à craindre du grand mouvement non violent d'appel à la démocratie, temps essentiel pour construire un vivre ensemble. Il lui fallait la guerre civile. Après des mois de résistance, l'héroïsme populaire a cédé devant Bachar le tortionnaire : la guerre civile bat son plein. « Après moi, le chaos ! », peut et pourra toujours dire Bachar, l'ancien ophtalmo de Londres devenu médaille d'or de la boucherie.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :

Le billet | Nono | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires