Le billet

La victoire du bourreau


02/08/2012




Y aura-t-il aux Jeux de Londres un poing levé, un temps de silence, une phrase, au moins deux syllabes murmurées : Alep ? Pendant ce grand moment de paix présumée entre les peuples, l'espoir de paix du peuple syrien, lui, meurt dans le sang.  Bachar el-Assad est en train de gagner. Non pas la guerre, qu'il a déjà sans doute perdue, mais les lendemains de la guerre. Il avait tout à craindre du grand mouvement non violent d'appel à la démocratie, temps essentiel pour construire un vivre ensemble. Il lui fallait la guerre civile. Après des mois de résistance, l'héroïsme populaire a cédé devant Bachar le tortionnaire : la guerre civile bat son plein. « Après moi, le chaos ! », peut et pourra toujours dire Bachar, l'ancien ophtalmo de Londres devenu médaille d'or de la boucherie.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Notre carte

L'autre mardi, dans un grand élan républicain, des députés ont cherché à supprimer notre carte d'électeur. Pas nécessaire. A jeter. Heureusement, le gouvernement pour l'instant, s'y oppose. Les députés ont dû aller reprendre dans leur poubelle le petit carton qui symbolise le long combat pour le droit de vote, dans le sang parfois, ici, partout. Qui rappelle, quand tant de citoyens boudent les urnes, que "Voter est un droit, c'est aussi un devoir civique". S'ils veulent faire des économies, les députés en trouveront bien davantage en rabotant le budget des distinctions honorifiques déshonorées par trop de copains, gredins ou dictateurs. Et puis, s'attaquer à notre carte d'électeur à quatre mois des municipales, franchement, ils ont perdu la carte ou quoi, comme aurait dit ma grand-mère qui a attendu d'avoir 50 ans pour pouvoir voter. 

Michel Rouger

21/11/2019

Nono

Newsletter