Le billet

La vague morte


06/01/2016




C'était en janvier 2015. Il y a très longtemps. Les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher soulevaient un exceptionnel souffle de liberté et de fraternité. Une immense vague humaine, quoiqu'un peu trop blanche et polluée à Paris par les visages d'oppresseurs notoires, submergeait le pays. Je suis Charlie. Puis l'émotion a reflué et le paysage ancien est réapparu, morcelé, fracturé, qu'aucun « effet 11 janvier » n'est venu changer. Alors a surgi le vendredi noir, une tragédie, pire encore. Un flot de solidarité et d'héroïsme individuels est réapparu mais l'immense vague, elle, n'est pas revenue. A la place :  la liberté et la fraternité abîmées par le vote d'extrême-droite et le plan policier du pouvoir. Reverra-t-on un jour la vague du 11 janvier ? Pendant que Charb et les autres caricaturent là-haut l'agitation commémorative rappelant leur assassinat, on aimerait tant l'espérer.

Michel Rouger

 

 






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono

Newsletter