Le billet

La guerre


11/09/2013




Finalement, les Américains, flanqués de leurs alliés français, ne vont pas bombarder le dictateur syrien. Leurs citoyens et les Russes ne veulent pas. Une « guerre juste » pourtant ! Au fond, les Américains ont moins de mal à mener des guerres sales et fomenter des coups d'État : les sept par exemple avoués enfin officiellement cet été. Renversé l'Iranien Mossadegh qui voulait nationaliser le pétrole (1953). Renversé le réformiste guatémaltèque Arbenz (1954). Chassé puis assassiné le progressiste congolais Lumumba (1960). Assassiné le socialiste chilien Allende (septembre 1973)... Et portés au pouvoir les Pinochet, Shah d'Iran, Mobutu... Ajoutons la guerre d'Irak, sur un mensonge, pour le pétrole (1983 : décidément, que d'anniversaires...).  Total : quelques millions de morts, des États comme l'Iran et le Congo détraqués pour longtemps. C'est plus simple, au fond, avec les sales guerres ? 

Michel Rouger
 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono

Newsletter