Le billet

09/10/2014

La faim



Francis, ouvrier à l'usine Seita de Nantes, a été hospitalisé mardi. Épuisé. Il est en grève de la faim, avec cinq collègues, depuis le 29 septembre. Une révolte brute contre la brutalité de la firme britannique Imperial Tobacco qui, sur un bureau, à Bristol, et malgré des bénéfices en hausse, a rayé l'usine de Nantes et ses 327 emplois. Le géant, dont les actionnaires voient parallèlement leurs dividendes augmenter de 10%, veut se développer en Pologne, à la recherche d'ouvriers payés pour une bouchée de pain. Des millions de chômeurs attendent en Europe, des centaines de millions dans le monde : ils ont faim, se dit la firme. Ne reste plus alors qu'une arme à l'ouvrier :  la grève de la faim, réservée à ceux qui peuvent vivre de rien, l'arme inaccessible aux gens repus. Dignité ouvrière.

Michel Rouger





1.Posté par Patrig K le 09/10/2014 19:36
Je salue ces courageux et la dignité ouvrière, ceux du monde bling bling, n'ont de dorure qu'à l'égal de leur souillure !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires