Entreprendre

L'éco-citoyen loue des jouets


03/01/2011

A 39 ans Stéphane Cozic, contrôleur de gestion dans une société de distribution spécialisée, profite d’une restructuration de son entreprise pour se lancer dans l’aventure du « commerce en ligne » : pour vivre pleinement ses valeurs de parent et d’éco-citoyen. Ainsi est né le site EcoJouets.




L'éco-citoyen loue des jouets

Si vous tapez « location de jouets » sur Google au moins trois sites vous proposent le service. Stéphane Cozic, en lançant EcoJouets le 19 Janvier 2009 (voir le site ICI ) a cependant été un défricheur : « Au moment où j’y ai pensé, cela nexistait pas »  insiste-t-il.


Un projet fondé sur des valeurs

C’est de son expérience de jeune papa – Stéphane a deux enfants – qu’il tire l’idée de location de jouets : « Avec mon épouse, jusquau dix mois de Titouan, nous achetions des jouets chaque mois. Or, malgré la dizaine de jouets en sa possession, mon fils ne consacrait quà peine quelques minutes à “ce stock”. Lemballage du jouet avait parfois plus dattrait que le jouet lui-même ! »  Finalement le couple trouve « un peu stupide d’acheter autant de jouets si peu utilisés ».
 

Au delà de cette réflexion de bonne économie domestique Stéphane et sa femme ont une vision pédagogique de l’accès au jouet : « Avant 2 ans un enfant ne sait pas partager. Cette valeur n’est pas innée elle doit s’acquérir ». Le prêt ou la location constituent une occasion d’apprentissage du “partage”.
 

Ils s’interrogent alors sur les solutions qui soffrent aux parents. Bien sûr ils se sont intéressés aux Ludothèques qui, à l’instar des bibliothèques publiques, pratiquent depuis longtemps le prêt de jouets. Ils leur trouvent cependant des limites. D’abord tout le monde n’y a pas accès près de chez soi. Mais surtout, en parents modernes, ils trouvent que : « les jouets proposés ne sont pas très actuels. Il sagit souvent de jouets en bois ou de jeux de société. Loffre en matière de jouets électroniques ou interactifs est très rare alors qu’ils répondent aux attentes de la nouvelle génération de parents ». De plus la durée de prêt est souvent courte, et les modalités pas assez souples… Toutes limites que prétend dépasser le service d’EcoJouets qui devra cependant faire ses preuves auprès d’un public attaché au projet social et de service public des ludothèques.
 

En militant d’une consommation éco-responsable, Stéphane Cozic veut croire qu’il y a de plus en plus de parents – et de grands parents – qui « remettent en cause la consommation de masse, sans borne ». S’appuyant sur les conclusions des dernières études du CREDOC et de l’Institut des Mamans, il relève que « les parents veulent consommer responsable et (que) la notion d’éthique prend de l’importance ».
 

C’est sur ces bases que le concept d’EcoJouet a pris forme, petit à petit. Mais encore fallait-il savoir passer de l’idée, bien dans l‘air du temps, à la prise de risque de création d’entreprise.


Trois ans pour réussir

Cadre, contrôleur de gestion, dans une société de distribution de matériel informatique cela faisait un certain temps que Stéphane était en désaccord avec ce qu’il observait dans son travail : « les prix qui baissent, le tassement de la marge, entraînent la réduction des moyens pour bien accueillir les clients et les conseiller. » Profitant d’une restructuration interne il négocie son départ. «J avais dautres pistes dans lunivers de la grande distribution, précise-t-il, mais jétais de plus en plus attiré vers dautres modes de commerce, plus proches de mes valeurs ». Celles qu’il dit avoir héritées de sa mère, petit commerçante, « pour qui le client était le centre de l’entreprise ».

 

« Il faut du temps pour que les consommateurs s’approprient un nouveau mode de consommation », constate Stéphane un an après le lancement. « Faire changer les mentalités est très difficile. Nous sommes très terriens en France ». Alors il va prendre son temps : « Je me suis donné trois ans pour réaliser ce challenge ». 

 

Il investit 25 000 €  dans le capital de la SARL qu’il crée et assumera seul, en artisan, le développement du projet : « En dehors de la partie technique que j’ai sous-traitée à un web master, précise Stéphane,  je fais tout : négociations avec les fournisseurs, logistique, relations clients, SAV, publicité et relations presse… ».
 

Cette dernière activité est essentielle à la visibilité du service sur Internet et Stéphane se révèle un très bon communicant. Le site bénéficie en quelques mois d’une bonne couverture média : Le Figaro, le Monde, France Info, Canal+, Antenne 2… Bonne solution pour être visible sur la toile sans dépenser des milliers d’Euro chez Google.


Un service écologique ?

Mais cette exposition médiatique suffira-t-elle à convaincre des clients sensibles aux valeurs annoncées mais exigeants sur leur mise en œuvre. Ainsi, dans les commentaires aux articles parus sur le site du Monde, certains doutent du caractère réellement éco-responsable de ce commerce qui propose des jouets en plastique, pleins de composants électroniques, sans parler de l’empreinte carbone négative des livraisons à domicile à répétition de colis de jouets ?
 

« Ecojouets, se défend Stéphane Cozic, ne se définit pas comme un site 100% écologique. C’est un mix entre un concept qui privilégie le développement durable par la réutilisation des jouets et l’accès rendu possible à des jouets souvent onéreux dans le commerce traditionnel ».
 

Les jouets dits “écologiques” représentent 20% de la gamme. Et il ne lui parait pas possible d’aller rapidement au delà compte tenu de l’offre. Et surtout : « Si les jouets en bois sont souvent très "beaux", l’apport de l’électronique est un vrai "plus" aujourd’hui notamment pour l’apprentissage du langage, de l’audition, la découverte et la créativité.»

 

Engagé mais réaliste, Stéphane Le COZIC croît que « pour monter un projet qui soit dans une orientation de développement durable, il n’est pas nécessaire de passer par du 100% écologique dans le choix des produits. » Et de conclure : « Le fait de proposer une consommation plus responsable ne contribue-t-elle pas à une amélioration de la santé de notre planète ? »
 

 

Magali LE CARRERES, Alain JAUNAULT  

 

 

 

 


Vous aussi contribuez à la recherche de sujets et à l'écriture des reportages

C'est Magali LE CARRERES qui nous a signalé l'expérience intéressante de Stéphane COZIC et s'est proposée de réaliser un reportage. Un rédacteur d'histoiresordinaires.fr a appuyé son travail. Si cette démarche de journalisme participatif - en coopération avec la rédaction - vous intéresse n'hésitez pas à nous contacter que vous ayez ou non déjà un sujet de reportage.






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Février 2012 - 22:39 Les Jardins de Keribet enterrent la crise



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécue cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono