Le billet

03/08/2017

L'écharde



On pourra la retirer « en deux secondes comme une écharde », a dit le directeur de Three Square Market, dans le Wisconsin, qui a trouvé cinquante idiots utiles parmi ses salariés pour se faire implanter dans la main, rapporte Le Monde, une puce électronique. Depuis le 1er août, ils peuvent ouvrir les portes ou lancer la photocopieuse en les saluant de la main, le sourire aux lèvres, grâce à la puce RFID. Le fantasme de l'Homme Augmenté devient réalité. L'ouvrier, le consommateur, le citoyen à puce. Les pauvres, d'abord, pour contrôler. Dès maintenant, l'Élysée songe à transformer les députés LREM en députés RFID pour éviter leurs boulettes à l'Assemblée. Un potentiel infini. Bien sûr, les salariés du Wisconsin sont aujourd'hui volontaires, souligne leur patron, mais l'on sait bien que depuis toujours qui dirige impose. Comme l'on sait qu'une écharde, si elle n'est pas aussitôt retirée ou rejetée, peut infecter le corps entier.

Michel Rouger

2017_08_04_l__echarde.mp3 2017 08 04 L'écharde.mp3  (1.73 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires