Le billet

L'automobiliste


11/01/2018




A la vue du nouveau panneau "80", des automobilistes se sont mis comme d'habitude à klaxonner furieusement. Faut comprendre le champion du champignon. Alors qu'il suffirait de transformer toutes les routes à double sens en autoroutes, y compris les chemins vicinaux, le gouvernement ralentit encore la vitesse. Pour s'attaquer à la mort des autres, on ne fait, lui, que l'embêter. On le fait tourner sur des ronds-points à vision panoramique, sursauter sur des ralentisseurs trapézoïdaux et des coussins berlinois, redouter les gendarmes couchés et ceux qui ajustent leurs radars. Résultat : son calculateur interne chauffe. Aujourd'hui, se dit-il, je mets 14 mn à faire les 17 km de départementale : avec leur "80", il me faudra combien pour arriver sur la rocade ? Pour entrer dans le bouchon. Me retrouver bien aise dans ma caisse. Entouré de milliers d'autres caisses. A écouter rien qu'une heure durant RTL. 

Michel Rouger

l__automobiliste.mp3 L'automobiliste.mp3  (1.56 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​On y croit - 04/01/2018

8 - 20/12/2017

​Lire - 06/12/2017

Tais-toi et marche - 23/11/2017

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​L'accueil à la française

Mardi, à Calais, le Président a annoncé que l'État distribuerait lui-même désormais les repas aux migrants. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, s'est aussitôt attelé à organiser le service et il est question qu'il vienne lui-même le premier jour servir nos invités en attendant de passer la louche aux CRS ou aux gendarmes mobiles : la question n'est pas tranchée. Mais les migrants viendront-ils ? Déjà, pour qu'ils puissent se reposer, on leur offre des auberges tout confort et ils les boudent ! Ces « centres d'accueil et d'examen » seraient des antichambres de leur renvoi, craignent-ils. Où vont-ils chercher ça ? C'est vexant. Il est arrivé que des gendarmes saisissent leurs duvets et effets personnels et les jettent à la poubelle, ce qui a révolté le Secours Catholique et l'Auberge des migrants qui viennent de porter plainte. Mais il faut le comprendre aussi le gendarme : il se décarcasse, ils refusent, ça l'énerve.

Michel Rouger

18/01/2018

Nono










Newsletter