Je suis Charlie

« Lettre ouverte au monde musulman » - 15/01/2015

Abdennour Bidar est philosophe et musulman. Il a écrit cinq ouvrages de philosophie de la religion ; à l’été 2014, on a pu aussi l’entendre sur France Inter dans son émission « France-Islam questions croisées. En octobre, après notamment l'assassinat de Hervé Gourdel, il a écrit cette lettre ouverte appelant les musulmans à une autocritique, pour le bien de l’Islam dans cette période cruciale de...

« Nos banlieues ne sont pas des réservoirs à coupables » - 15/01/2015

Le grand danger, aujourd'hui, est l'amalgame et la stigmatisation des musulmans habitant en banlieue, les jeunes surtout. Alors que l'échec des politiques menées depuis des décennies et la discrimination sont au cœur du drame. Deux voix, ici, parmi bien d'autres : un militant et les élus. Mohamed Mechmache est coprésident de la coordination  Pas sans nous  et porte-parole du collectif...

« Vive Charlie ! » - 08/01/2015

« Vive Charlie ! Aujourd’hui, j’ai perdu des amis ! Des amis qui toutes les semaines honoraient un rendez-vous  avec l’anonyme que j’étais pour eux. Cela faisait un quart de siècle que je les fréquentais avec gourmandise et assiduité. Même si je ne les avais jamais rencontrés, je connaissais le principal de chacun d’entre eux : ses valeurs, ses idées, ses combats et même ses...

Agir, partout - 08/01/2015

Il y a les manifestations depuis mercredi, les actions et réactions multiformes sur les réseaux sociaux, les bougies aux fenêtres, cette pétition lancée sur Avaaz, les dessinateurs qui rivalisent de créativité (ici Dom) pour mieux rendre hommage à leurs héros : les assassins ont provoqué un vaste réflexe populaire et républicain. 

Le dessin de Nono - 08/01/2015



Le billet de la semaine

​A la plage

Avec pelles et râteaux, les maires et préfets ont bâti un règlement pour les estivants tel un château de sable pour l'océan. Tiendra ? Tiendra pas ? Plouf. A part le querelleur ou délateur en slip, qui va tancer la tripotée de contrevenants de 2 à 102 ans qui ne veulent ou ne peuvent surfer, nager, galoper à 10 m du gars de devant etc.? La persuasion va être difficile. Des maires et préfets mettront peut-être bientôt des hauts-parleurs beuglant à chaque instant "Ne vous arrêtez pas ! " "Ne vous allongez pas ! " "Les châteaux de sable sont interdits !" De quoi faire des cauchemars la nuit, ensablé entre marée montante et maréchaussée descendante. Nul maire ou préfet ne peut justifier cette obligation à dormir debout. L'idée de la "plage dynamique" vient de surfeurs australiens puis français impatients de reprendre la vague, c'est tout. Croire que les gens vont se tasser malgré le virus et l'immensité des plages, c'est les prendre pour des bigorneaux. Une fois de plus. Dans cette crise, déresponsabiliser et punir sont devenus un jeu où l'on ne pousse jamais le cochonnet trop loin. 

Michel Rouger

20/05/2020

Nono

Newsletter