Je suis Charlie

« Lettre ouverte au monde musulman » - 15/01/2015

Abdennour Bidar est philosophe et musulman. Il a écrit cinq ouvrages de philosophie de la religion ; à l’été 2014, on a pu aussi l’entendre sur France Inter dans son émission « France-Islam questions croisées. En octobre, après notamment l'assassinat de Hervé Gourdel, il a écrit cette lettre ouverte appelant les musulmans à une autocritique, pour le bien de l’Islam dans cette période cruciale de...

« Nos banlieues ne sont pas des réservoirs à coupables » - 15/01/2015

Le grand danger, aujourd'hui, est l'amalgame et la stigmatisation des musulmans habitant en banlieue, les jeunes surtout. Alors que l'échec des politiques menées depuis des décennies et la discrimination sont au cœur du drame. Deux voix, ici, parmi bien d'autres : un militant et les élus. Mohamed Mechmache est coprésident de la coordination  Pas sans nous  et porte-parole du collectif...

« Vive Charlie ! » - 08/01/2015

« Vive Charlie ! Aujourd’hui, j’ai perdu des amis ! Des amis qui toutes les semaines honoraient un rendez-vous  avec l’anonyme que j’étais pour eux. Cela faisait un quart de siècle que je les fréquentais avec gourmandise et assiduité. Même si je ne les avais jamais rencontrés, je connaissais le principal de chacun d’entre eux : ses valeurs, ses idées, ses combats et même ses...

Agir, partout - 08/01/2015

Il y a les manifestations depuis mercredi, les actions et réactions multiformes sur les réseaux sociaux, les bougies aux fenêtres, cette pétition lancée sur Avaaz, les dessinateurs qui rivalisent de créativité (ici Dom) pour mieux rendre hommage à leurs héros : les assassins ont provoqué un vaste réflexe populaire et républicain. 

Le dessin de Nono - 08/01/2015



Le billet de la semaine

La peine au travail

Bonne année aux ouvriers des abattoirs. Et bonne santé surtout ! Par exemple à tous les collègues des ouvrières et ouvriers qui nous bouleversent dans le remarquable film Entrée du personnel à voir ou à revoir jusqu’au 6 mars sur Arte. Révoltant. Les bêtes pâturant chez l’éleveur du coin sont mieux traitées. Un film à voir par tous. Surtout par ceux qui veulent défendre ou réformer les retraites. « Reste à y arriver en bonne santé, dit un ouvrier, et à en profiter au moins deux ans. Autrefois les gens n’avaient pas des cadences comme ça. » Dans des tas de professions, de la souffrance physique au burn-out, la peine au travail s’est aggravée, malgré ou à cause de la robotisation, et à la fin, ceux qui ont beaucoup peiné et meurent tôt financent toujours les retraites de ceux qui ont moins peiné et meurent tard. Une injustice criante aggravée par le  pouvoir actuel qui a durci des critères de pénibilité déjà indigents. Un sujet qui devrait être au cœur des propositions des partis de gauche s’ils étaient vraiment sensibles à la peine au travail des milieux populaires. 

Michel Rouger

16/01/2020

Nono

Newsletter