Le billet

07/03/2019

J - 7



Courez courez bonnes gens. Il ne vous reste que sept jours pour exprimer directement en ligne vos doléances et vos requêtes à votre Président. Après : fini. De conférences régionales en rounds nationaux, il vous faudra faire confiance à vos représentants, redescendre lentement sur terre puis vous poser devant la télé. Alors, comme naguère, avant la révolte des Gilets Jaunes, vous recevrez la parole souveraine. Certes, tels qu'on vous connaît, vous seriez bien capables, faute d'avoir été entendus, de redonner rapidement de la voix. Mais ne préjugeons pas. Et si le Président, ébloui par sa ruse démocratique, avait changé ? Il faut y croire : il y aura dès le prochain printemps plus de justice, d'égalité. Voire de fraternité : ce mot magnifique, ce mot transgenre, masculin passé au féminin, qui emballe les académicien.ne.s ébloui.e.s par leur féminisme à l'approche du 8 mars. Oui, tout peut arriver. 

Michel Rouger

2019_03_07_j_7.mp3 2019 03 07 J-7.mp3  (1.64 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires