Le billet

Hors-jeu


13/08/2015




La saison de foot a commencé par un tacle assassin contre la famille du football et ses deux millions de licenciés. Les clubs de Ligue 1, en guerre depuis des mois contre la Fédération Française, ont décidé carrément de créer leur syndicat. Ils cherchent un nom. L'Alliance ? La Ligue tout bêtement ? Consulter peut-être la mafia. Leur objectif : être encore plus riches. Ils aiment les spectateurs mais surtout les investisseurs. Il leur faut truster les droits télé, éviter la descente en Ligue 2. Quitter le jeu comme d'autres quittent leurs concitoyens pour des paradis fiscaux. Les vrais amoureux du foot regarderont ailleurs. Vers la côte bretonne par exemple. Les footeux farceurs de Locquirec ont fait une offre à l'ex-Lyonnais Yoann Gourcuff aujourd'hui sans club : quatre packs de bière par mois et un sandwich par match. C'est pour jouer. Le foot populaire. Vive Locquirec. 

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono

Newsletter