Le billet

Hors-jeu


13/08/2015




La saison de foot a commencé par un tacle assassin contre la famille du football et ses deux millions de licenciés. Les clubs de Ligue 1, en guerre depuis des mois contre la Fédération Française, ont décidé carrément de créer leur syndicat. Ils cherchent un nom. L'Alliance ? La Ligue tout bêtement ? Consulter peut-être la mafia. Leur objectif : être encore plus riches. Ils aiment les spectateurs mais surtout les investisseurs. Il leur faut truster les droits télé, éviter la descente en Ligue 2. Quitter le jeu comme d'autres quittent leurs concitoyens pour des paradis fiscaux. Les vrais amoureux du foot regarderont ailleurs. Vers la côte bretonne par exemple. Les footeux farceurs de Locquirec ont fait une offre à l'ex-Lyonnais Yoann Gourcuff aujourd'hui sans club : quatre packs de bière par mois et un sandwich par match. C'est pour jouer. Le foot populaire. Vive Locquirec. 

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter