Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

14/11/2012

Honorer Bigeard ? Un appel à Le Drian




Honorer Bigeard ? Un appel à Le Drian
L'Association 4ACG (anciens appelés opposés à la Guerre d'Algérie) se mobilise pour recueillir le maximum de signatures avant la cérémonie prévue le 20 novembre à Fréjus, cérémonie présidée par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour le transfert des cendres du général Bigeard dans la nécropole dédiée aux anciens d'Indochine.

Le célèbre et très controversé général, pour qui « la torture était un mal nécessaire  » en Algérie, est décédé le 17 juin 2010 mais ses cendres n'ont toujours pas trouvé leur destination finale, un projet de transfert aux Invalides ayant été annulé sous le précédent gouvernement devant un flot de protestations .

L'Association 4ACG et les autres membres du collectif organisant la pétition  ont été scandalisés par le communiqué du ministère de la Défense rendant hommage, en septembre dernier, au « meneur d'hommes » Bigeard. La pétition doit être remise lundi 19 au ministère.
 
 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono