Le billet

Handicap


06/06/2018




Le "grand projet social" promis aux vœux du nouvel an, suite. Le gouvernement Macron-Philippe a décidé d'améliorer encore le grand projet sur le logement (Elan). Aux entailles à la loi SRU, qui vont accroître les quartiers-ghettos, à la vente de dizaines de milliers de HLM, qui vont diriger les foyers modestes vers des taudis privés, il a ajouté une mesure phare : les logements neufs accessibles aux handicapés vont tomber de 100% à 10 %. Les handicapés pourront rė-occuper les rez-de-chaussée près des poubelles. Qu'ils puissent choisir leur logement. être comme tout le monde, ainsi que le prévoit la loi de 2005, dépasse l'entendement du macroniste. Le macroniste est insensible à "ceux qui ne sont rien". Il est incapable de s'imaginer lui-même vieillissant, accidenté, peu argenté. Il est inadapté à la vie réelle. Les chiffres, les quotas et les arguments des lobbies lui tiennent lieu de pensée. Aidons le macroniste à surmonter ses lourds handicaps et à s'insérer dans la société.

Michel Rouger
 

handicap.mp3 Handicap.mp3  (1.71 Mo)






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

Le changement - 06/09/2018

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

​Escalades - 31/05/2018

Niche - 25/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

​La brute - 10/05/2018

Écrivez - 29/04/2018

​Bibi le bourreau - 26/04/2018

​Coucou - 11/04/2018

​Brexit breizh - 22/03/2018

Une farce tragique - 15/03/2018

Esclaves - 08/03/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono

Newsletter