Vu, Lu, Entendu...

25/04/2019

Handibox à Brest : l'accès à la culture pour les personnes en situation de handicap




Handibox à Brest : l'accès à la culture pour les personnes en situation de handicap
2019_04_25_handibox_a_brest.mp3 2019 04 25 Handibox à Brest.mp3  (3.9 Mo)

La ville de Brest et ses partenaires lancent Handibox, concept innovant en France pour faciliter, sur le territoire brestois, l’accès à la culture des personnes en situation de handicap.

Handibox : une boîte contenant sièges portables, boucle magnétique pour personnes malentendantes, fauteuils roulants, bornes sonores, etc ., le tout complété de tutoriels d’utilisation et conseils pour l’accueil des personnes en situation de handicap. C’est donc un ensemble d’outils très complet permettant de gérer le maximum de configuration dans l’accueil : une première en France à un tel niveau d’équipements !

Très mobile, l' Handibox est née du travail d’un atelier intitulé « Accès à la culture des personnes en situation de handicap » dans le cadre du réseau « La culture, partageons-la » mis en place et animé par la ville de Brest depuis 2012. Y figurent des personnalités du monde culturel de la ville, d’organisations et de services œuvrant dans le champ du handicap. 

La co-construction de la démarche a reposé sur le principe de la rencontre entre expert.e.s issu.e.s de différents milieux, chacun.e apportant son expertise singulière aux autres, l’éclairage de ses besoins et de ses envies, de ses contraintes et des possibilités à explorer.
Rapidement, les participant.e.s ont trouvé ensemble l’idée de la première action à co-construire : un outil qui permette de « venir et participer facilement », qui soit « simple pour les organisateur.rice.s », « utile à tous », pour « tous les types de handicap » et « tous les domaines culturels ». Cette idée a progressivement donné naissance à la Handibox, solution venant lever les obstacles matériels à l’accès à la culture.  

« L’intérêt d’un tel dispositif, c’est de permettre à ces publics de participer, comme les autres, à des événements hors les murs, explique Anne-Marie Kervern, adjointe en charge des droits et citoyenneté des personnes en situation de handicap. Ou dans des lieux qui ne sont pas équipés pour les accueillir. »

L'Handibox est désormais prêtée gracieusement aux associations brestoises organisatrices de projets culturels - balades urbaines, concerts plein air, conférences, etc. Effet induit par la démarche : de nombreux projets associant des personnes en situation de handicap et des équipements ou associations culturels prennent forme, prenant en compte la diversité des besoins spécifiques de tous les publics.




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires