Le billet

29/05/2014

Gavés



26,8 millions d'électeurs français ont laissé tomber le grand tournoi politique et européen de dimanche dernier. Il n'attire jamais la foule, c'est vrai. Faut dire que vibrer pour l'Europe, aujourd'hui, c'est dur ! Mais quand même : avec 24 listes en moyenne – 31 en Ile-de-France – chaque Français(e) pouvait trouver son cheval. Et même... ne pas choisir : les votes blancs, cette fois, étaient décomptés. Imaginons les titres lundi matin. « Le vote blanc largement en tête : le choc ». Mais non. Une majorité fait silence. Le canapé est son isoloir. La politique de l'Union européenne et des gouvernements français la gave. Et si c'était cela aussi le problème : gavés nous sommes. Des consommateurs jetant les politiques tels des produits périmés. Tous nuls. Sauf moi. Endormi dans mon canapé. Devant la télé où des Syriens se font tuer pour pouvoir voter. Où un ministre Front National surgira un jour à l'écran et me réveillera. Trop tard.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires