Le billet

Gavés


29/05/2014




26,8 millions d'électeurs français ont laissé tomber le grand tournoi politique et européen de dimanche dernier. Il n'attire jamais la foule, c'est vrai. Faut dire que vibrer pour l'Europe, aujourd'hui, c'est dur ! Mais quand même : avec 24 listes en moyenne – 31 en Ile-de-France – chaque Français(e) pouvait trouver son cheval. Et même... ne pas choisir : les votes blancs, cette fois, étaient décomptés. Imaginons les titres lundi matin. « Le vote blanc largement en tête : le choc ». Mais non. Une majorité fait silence. Le canapé est son isoloir. La politique de l'Union européenne et des gouvernements français la gave. Et si c'était cela aussi le problème : gavés nous sommes. Des consommateurs jetant les politiques tels des produits périmés. Tous nuls. Sauf moi. Endormi dans mon canapé. Devant la télé où des Syriens se font tuer pour pouvoir voter. Où un ministre Front National surgira un jour à l'écran et me réveillera. Trop tard.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Virus

Panique. Nous sommes cernés. Il attaquait par l’Est, il arrive par le Sud. Les Bourses ont la fièvre, l’économie mondiale chancelle et dans les foyers, la moindre toux devient suspecte. Le rationnel perd ses défenses immunitaires. Bientôt va surgir une infox virale sur internet : la fin du monde approche. En fait, s’il faut bien sûr l’enrayer, le coronavirus n’est pas très méchant pour les corps, bien moins que la grippe qui, bien que peu violente, a déjà fait quarante morts cet hiver. Il atteint surtout  les esprits. Il s’y niche, mue, réveille les virus à l’affût : le racisme, le sensationnel, l’anxiogène. Lesquels, à leur tour, génèrent un virus redoutable : l’oubli. Sur Idlib, il pèse aussi lourd que les bombes. Dommage pour les enfants, les femmes et les hommes prisonniers de l’enfer : si le coronavirus arrivait jusque là, peut-être... 

Michel Rouger

26/02/2020

Nono

Newsletter