Vu, lu, entendu... Revenus / Pauvreté

02/07/2014

Forte augmentation du nombre de ménages pauvres




Tous les indicateurs le montrent : depuis 2008, en France, la situation des personnes les plus modestes s'est fortement dégradée. L'Observatoire de la pauvreté compte environ 700 000 personnes pauvres supplémentaires en quatre ans.

Les causes : « La dégradation profonde du marché du travail, mais également l’accroissement des  inégalités de revenu primaire (avant impôts), incomplètement corrigées par le jeu de la redistribution sociale et fiscale.  »

On peut télécharger et lire le huitième rapport de l'ONPES et ses synthèses sur le site de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale

Ce rapport présente dans une première partie les évolutions et caractéristiques de la pauvreté en France. Dans une seconde partie, c'est la situation de la pauvreté en Europe qui est développée.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono