Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
10/02/2022

Filmer le travail : la belle sélection de Poitiers



20220219_filmer_le_travail.mp3 20220219 Filmer le travail.mp3  (1.98 Mo)

Dix-huit films ont été retenus en compétition internationale au 13e festival Filmer le travail qui se déroule jusqu'à dimanche 13 février à Poitiers. Une sélection à découvrir pour ne pas manquer tel ou tel de ces films de passage dans une salle de votre région ou à tout autre occasion.

Le thème central cette année est "le travail de la terre et avec le vivant". De la Chine au Liban en passant par la France, le Portugal ou les États-Unis, se trouvent offerts au spectateur "dix-huit regards singuliers de cinéastes sur le travail, des portraits de musiciens, d’ouvriers, de professeurs, de policier, d’employée de maison ou encore d’épouvantail humain…"

A côté des films suivis de débats, des conférences et tables rondes et bien d’autres manifestations, le festival aura aussi présenté notamment deux expositions. 

L'une, intitulée "Les vies brisées du Rana Plaza", est l'œuvre du photographe Jean-François Fort qui a pu retrouver, photographier et interviewer une centaine de survivants de l'effondrement de l'usine textile, le 24 avril 2013 au Bangladesh, tragédie qui a fait au moins 1 138 morts et encore plus de blessés. L'autre, "Dessiner le travail", est consacrée à un aspect majeur du travail d’Étienne Davodeau : son regard sur le travail.

L'association Filmer le travail a été créée en 2009 et réunit trois organismes partenaires de Poitiers : l’Université, l’Espace Mendès France (EMF) et l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de travail (ARACT).







 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 22

Le billet | Nono | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires | Nos lectrices et lecteurs publient