Le billet

Espoir


27/09/2012




L'Espagne menacée d'éclatement, la Grèce qui s'enfonce dans la révolte, la France qui franchit le cap des 3 millions de chômeurs - 5 millions plutôt toutes catégories confondues -, quelle semaine horrible dans l'Europe en crise. Mais ne broyons pas du noir pour autant. Il y a aussi de l'espoir. Chaque jour, quelques chômeurs retrouvent du travail : Mme Bartolone, par exemple, a trouvé près de son mari, président de l'Assemblée nationale, un poste de "chargée de mission pour les droits des femmes" à se faire pistonner. Quant à l'avenir de l'Europe, nous pouvons mettre notre avenir dans les mains du plus jeune des partis, celui qui réinvente la politique : Europe Écologie. Il sait où il va. 

Michel Rouger
 
 
 





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Notre carte

L'autre mardi, dans un grand élan républicain, des députés ont cherché à supprimer notre carte d'électeur. Pas nécessaire. A jeter. Heureusement, le gouvernement pour l'instant, s'y oppose. Les députés ont dû aller reprendre dans leur poubelle le petit carton qui symbolise le long combat pour le droit de vote, dans le sang parfois, ici, partout. Qui rappelle, quand tant de citoyens boudent les urnes, que "Voter est un droit, c'est aussi un devoir civique". S'ils veulent faire des économies, les députés en trouveront bien davantage en rabotant le budget des distinctions honorifiques déshonorées par trop de copains, gredins ou dictateurs. Et puis, s'attaquer à notre carte d'électeur à quatre mois des municipales, franchement, ils ont perdu la carte ou quoi, comme aurait dit ma grand-mère qui a attendu d'avoir 50 ans pour pouvoir voter. 

Michel Rouger

21/11/2019

Nono

Newsletter