Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

Entends-tu le peuple, dans la rue, crier ?


12/05/2010

Anne, syndicaliste CFDT, commente pour Histoires Ordinaires les images glanées depuis 18 mois dans les "manifs", à Rennes et Saint Malo.




Pour Anne Castel, les grèves et manifestations de ces derniers mois peuvent constituer le ferment d'un renouveau du syndicalisme, rassemblant largement dans l'action ceux et celles que l'attitude de nos actuels gouvernant met en colère ; un syndicalisme ouvert aux jeunes...

Christophe LEMOINE (photos) et Alain JAUNAULT (photos et" vidéophone") ont glané, sur 18 mois, des images, à l'intérieur des défilés, à Saint Malo et Rennes. Elles parlent mieux que toutes statistiques - des syndicats ou de la police - de la formidable mobilisation et de la "colère tranquille" d'un peuple qui prouve que reste intacte sa capacité de "résistance". Bel écho à l'appel à l'indignation de  Stéphane HESSEL ("Indignez-vous" aux éditions indigènes).






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono