Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
18/09/2014

Élevage



Les ouvrières « illettrées » de l'abattoir Gad auront intelligemment pardonné  sa gaffe à ce jeune ballot d'Emmanuel Macron contraint, tout piteux, de s'excuser. Mais que voulez-vous ? Un élevage hors-sol ne peut que produire un ministre mal élevé. Enfermés dès poussins d'un jour, les jeunes politiciens modernes sont nourris d'équations, statistiques, et autres brouets pour as de la comprenette, puis restent abrités à l'ombre de hauts murs : Grandes Écoles, Haute Administration, Haute Finance. Ils ne peuvent donc être lâchés soudain sans péril à l'air libre, ministres. Il conviendrait de prévoir un sas. Les laisser s'approcher lentement de la vraie vie. Découvrir que la politique n'est pas affaire de chiffres mais de citoyens. Affronter la basse-cour électorale. Souffrir. Comme souffrent les gens.
 
Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Y’a un hic - 19/05/2022

​Chaud - 10/05/2022

Risques - 05/05/2022

Re-calculs - 27/04/2022

50,5% - 13/04/2022

Théâtre - 06/04/2022

Le blé - 30/03/2022

Utile or not Utile - 22/03/2022

​Nos valeurs - 16/03/2022

2 euros - 10/03/2022

Sarajevo – Kiev - 03/03/2022

Com’ miracle - 24/02/2022

Trahir - 15/02/2022

En bref - 10/02/2022

La sonde - 01/02/2022

Le quartier - 26/01/2022

Soldes - 20/01/2022

Le cochon - 13/01/2022

Merdique - 06/01/2022

Le trompettiste - 16/12/2021

1 2 3 4 5 » ... 25

Nono | Le billet | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires | Nos lectrices et lecteurs publient