Le billet

Élevage


18/09/2014




Les ouvrières « illettrées » de l'abattoir Gad auront intelligemment pardonné  sa gaffe à ce jeune ballot d'Emmanuel Macron contraint, tout piteux, de s'excuser. Mais que voulez-vous ? Un élevage hors-sol ne peut que produire un ministre mal élevé. Enfermés dès poussins d'un jour, les jeunes politiciens modernes sont nourris d'équations, statistiques, et autres brouets pour as de la comprenette, puis restent abrités à l'ombre de hauts murs : Grandes Écoles, Haute Administration, Haute Finance. Ils ne peuvent donc être lâchés soudain sans péril à l'air libre, ministres. Il conviendrait de prévoir un sas. Les laisser s'approcher lentement de la vraie vie. Découvrir que la politique n'est pas affaire de chiffres mais de citoyens. Affronter la basse-cour électorale. Souffrir. Comme souffrent les gens.
 
Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Virus

Panique. Nous sommes cernés. Il attaquait par l’Est, il arrive par le Sud. Les Bourses ont la fièvre, l’économie mondiale chancelle et dans les foyers, la moindre toux devient suspecte. Le rationnel perd ses défenses immunitaires. Bientôt va surgir une infox virale sur internet : la fin du monde approche. En fait, s’il faut bien sûr l’enrayer, le coronavirus n’est pas très méchant pour les corps, bien moins que la grippe qui, bien que peu violente, a déjà fait quarante morts cet hiver. Il atteint surtout  les esprits. Il s’y niche, mue, réveille les virus à l’affût : le racisme, le sensationnel, l’anxiogène. Lesquels, à leur tour, génèrent un virus redoutable : l’oubli. Sur Idlib, il pèse aussi lourd que les bombes. Dommage pour les enfants, les femmes et les hommes prisonniers de l’enfer : si le coronavirus arrivait jusque là, peut-être... 

Michel Rouger

26/02/2020

Nono

Newsletter