Témoignages... Justice / Inégalités

Egale à égal, pour progresser vers l'égalité


09/04/2014

Le "Laboratoire de l'égalité" a lancé la collection "Egale à égal", publiée aux éditions Belin. Les trois premiers titres viennent de sortir.




Egale à égal, pour progresser vers l'égalité
Le Laboratoire de l’égalité s’est fixé trois objectifs principaux : rassembler les acteurs de l’égalité professionnelle, interpeller les décideurs politiques et économiques, et sensibiliser le grand public aux questions d’égalité professionnelle et aux stéréotypes. C’est dans la logique de ce troisième objectif que le Laboratoire a noué un partenariat avec les éditions Belin et lance une collection originale, "Égale à égal". Les trois premiers titres (d'une série annoncée de 6 par an)  sont sortis le 28 mars 2014.

Faciles à lire et riches en infor­ma­tions, ces petits ouvrages syn­thé­tiques et péda­go­giques sont inti­tu­lés :
- "A la télé­vi­sion, les hommes parlent, les femmes écoutent" d'Arnaud Bihel,
- "Et si on en finis­sait avec la ména­gère ?" de François Fatoux,
- "Les femmes valent-elles moins cher que les hommes ?"


Lire la présentation des ouvrages sur le site Vousnousils

Connaître le laboratoire de l'égalité : lien vers le site




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 26 Avril 2011 - 16:08 Pour Jean-Sébastien

 


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono