Vu, Lu, Entendu...

04/04/2019

Du Vatican à Vérone, mobilisation féminine en Italie




Samedi 30 mars, quelque 20 000 femmes venues d'Italie et de toute l'Europe ont manifesté dans les rues de Vérone  pour dénoncer les "idées rétrogrades" du Congrès mondial des familles. Voir le reportage ci-contre sur Euronews  ou cet autre du journal belge Le Soir.

Ces derniers jours ont vu aussi Lucetta Scaraffia, la directrice de « Femmes Eglise Monde », le mensuel féminin de l'« Osservatore Romano », le quotidien du Saint-Siège, claquer la porte avec l'ensemble du comité éditorial. La "féministe du Vatican" comme on l'appelle parfois accuse Andrea Monda, le nouveau directeur de l'« Osservatore Romano », de vouloir « affaiblir » son équipe. Voir le reportage du correspondant du journal Les Echos   

Cette reprise en main et cette démission ne sont sans doute pas étrangères au témoignage anonyme de trois religieuses qui ont dénoncé en mars leur "asservissement"  dans les colonnes du mensuel dirigé par Lucetta Scaraffia. Voir l'article publié dans Le Point.

feministes_italiennes.mp3 Féministes italiennes.mp3  (1.25 Mo)




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono