Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

Dix plaidoiries sur les droits humains à Caen


03/02/2014




Au Mémorial de Caen, le 1er février, ils étaient dix, dix avocats du barreau, venus d'Europe, d'Afrique ou d'Amérique du Sud pour défendre les droits humains et « faire vivre les droits de la défense » comme l'a dit la ministre de la Justice, Christiane Taubira.

Le premier prix du Concours de plaidoiries des avocats 2014 a été décerné à Maître Yasmine Attia, avocate unisienne, mais un doute est apparu. Me Attia doit apporter des preuves sur la véracité du cas de "djihad sexuel" contre lequel elle a plaidé. Si c'était avéré, il n'y aurait pas de premier prix cette année. 

Les neuf autres avocats ont plaidé des affaires lourdes de sens : un avocat tunisien assassiné, des enfants de mères en prison, une copte égyptienne kidnappée, un avocat vietnamien défenseur des droits humains en prison, un anonyme chinois exécuté, une jeune immigrée devenue esclave sexuelle à Paris, une victime du groupe néo-nazi grec Aube Dorée, le droit à la vie privée sur Internet…

Une phrase de l'avocat belge Cavit Yurt, prix du barreau et prix du public, résume bien l'esprit de la compétition : « Si je me tais je suis complice, alors je plaide »






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Vote bleu

Les voilà enfin, dans trois semaines, ces fameuses élections européennes, ce grand moment démocratique unique au monde où les citoyens de vingt-huit pays peuvent dire quelle direction doit prendre aujourd'hui leur destin commun. Du sérieux !  Sauf que les Britanniques qui ont décidé de quitter l'Union vont sans doute quand même voter. Que partout paradent de futurs députés qui veulent la détruire. Qu'en tous pays, le calcul des places l'emporte sur les projets. Et que mardi dernier la Cour de Justice de l'Union a permis aux multinationales, dans le cadre de l'accord de libre échange avec le Canada (CETA), d'attaquer les Etats qui ne se soumettent pas.  Les juges, qui siègent au Luxembourg, trinquent-ils trop avec les banquiers du paradis fiscal ? En fait,  ils appliquent simplement les lois anti sociales et pro business de l'Union dont le drapeau bleu est celui des bleus à l'âme.  Le 26 mai, il faudra pourtant voter bleu, En regardant bien sur les listes ceux qui veulent changer tout ça. 

Michel Rouger

01/05/2019

Nono