Asie-Pacifique

Diaporama : « Quand des villageois indiens s'organisent »


28/01/2015

L’été dernier je passais un mois en Inde dans L’état du Tamil-Nadu, au sud est de ce grand pays. Je devais réaliser un travail sonore pour la création d’un spectacle de danse jeune public de la Cie Le Chiendent. La majorité de mon séjour s’est déroulé dans le petit village rural de Ranganathapuram, Un endroit qui évoque une oasis, posé entre champs de cocotiers, de millet et un fleuve qui pleure son eau disparue. Durant ce séjour j’ai pu rencontré Samy co-fondateur avec sa femme Christina d’AREDS, une ONG indienne qui se bat pour la construction d’une société civile. Je vous propose de découvrir un diaporama sonore de cette rencontre.

Pascal Pellan.




Merci à Frances Bucquet pour la traduction, Alain Jaunault qui a prêté sa voix, merci aussi à Sandrine Bonnet de la Cie Le Chiendent. 


Christina Samy, une grande militante des droits des femmes et des Dalits

Christina Samy, l'épouse de L.A. Samy, est aussi très active. Co-fondatrice d'AREDS, elle préside le Mouvement des femmes contre la pauvreté et la violence (MAPOVI-TN), elle a fondé la Society of women in action for total empowerment (SWATE), elle est aussi membre du comité de coordination nationale du Mouvement « Marche Mondiale des Femmes ». Sur cette vidéo, elle intervient à la table ronde "Contribuer à l’épanouissement de l’Humanité, de la personne" lors du colloque international Gouvernance & Responsabilité organisé les 8 et 9 décembre 2011 par le CCFD-Terre Solidaire dont AREDS est partenaire.
 






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​A la noix

Le camembert vegan à base de noix de cajou débarque sur nos tables, annonce mon journal. Dit comme ça, à la louche, ce camembert est plus que louche. Une faute. De goût. Pire : contre l'esprit. Ce n'est pas une nouvelle mode, comme la poule qui passera bientôt au salon plutôt qu'à la casserole. C'est une tendance lourde. La tendance du faux. Le business de l'agro-chimie s'avance masqué. Il fait croire qu'une pâte de produit exotique HEC (à haute empreinte carbone) est meilleure pour la planète  qu'un fromage AOC en circuit court. Il fabricote, en touillant des molécules, du faux steak saignant, des faux œufs, des fausses langoustines. Et pirate, en transformant les cerveaux en pâte molle, notre patrimoine culturel immatériel. Le pays aux 1 200 fromages doit résister. Continuer à têter sereinement le lait bio de notre vache à la mamelle généreuse qui broute et rumine paisiblement sur nos vertes prairies. La vache, le plus vegan de nos amis les animaux. 

Michel Rouger

08/02/2018

Nono