11/06/2020

Des échanges de services stables pendant le confinement


« L’intensité des échanges de services est restée stable durant le confinement » selon une enquête de l'Institut National des Études Démographiques (INED). Avec des nuances selon les catégories de population.


Des échanges de services stables pendant le confinement
services.mp3 Services.mp3  (921.7 Ko)

 « Contrairement à une certaine vision enchantée de la solidarité l’intensité des échanges de services est  restée stable durant le confinement » précisent les auteurs de l'étude. Comme en temps normal, quatre Français sur dix déclarent avoir rendu un service dans leur quartier, et 29 % disent en avoir reçu. Par ailleurs, 83 % des personnes, femmes ou hommes qui déclarent avoir reçu un service en ont elles-mêmes rendu un.

Mais il y a des différences selon les catégories sociales. Les employés, ouvriers, artisans et commerçants se sont mis à échanger. Les employés et les ouvriers, notamment ceux âgés de 60 à 74 ans, ont pu utiliser le temps libéré pour s’adonner aux échanges locaux. Le confinement s’est traduit par  une forte hausse des services rendus par le voisinage aux personnes les plus âgées, surtout celles qui peuvent compter sur un proche vivant à proximité.

Les ménages « à dominante cadre » ne sont que 13 % à déclarer des parents dans un rayon d'un kilomètre, mais ils compensent l’éloignement familial par d’autres relations (voisins, amis...).Les ménages pauvres et les catégories populaires vivent le plus souvent à proximité de leur famille qui joue un rôle protecteur majeur face à la précarité (entraide informelle, garde des enfants, etc.).

Cette étude nationale ne précise pas les différences de comportement selon les quartiers ou entre milieu rural et urbain où les solidarités peuvent varier. Le renforcement de l'entraide chez certains va-t-il se prolonger quand le confinement sera une histoire ancienne ?
 


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 17






Le billet de la semaine

Palestine


Notre "guerre" contre le virus et notre couvre-feu apparaissent ô combien ridicules aujourd’hui devant le deuil, la colère et la peur qui envahissent de nouveau la Palestine. A Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem mais aussi cette fois dans les villes israéliennes. De guerre lasse comme l’on dit, l’opinion mondiale avait fini par se détourner du drame des Palestiniens. Les démocraties européennes fermaient les yeux sur une colonisation toujours plus agressive, un apartheid sans complexe, la dérive dans les deux camps de pouvoirs corrompus, l’enracinement d’une extrême droite israélienne jeune et provocatrice. L’Europe ne devrait pourtant jamais oublier que la confrontation qui continue sans fin d’ensanglanter la Palestine est née surtout de son propre passé antisémite et colonial.

Michel Rouger
20210513_palestine.mp3 20210513 Palestine.mp3  (936.86 Ko)


12/05/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires