17/07/2014

Dans la nuit, une musique...



Gaza. Encore. Comme en 2012, 2009, 2006... Et pour l'éternité, semble-t-il, aux yeux des autorités israéliennes qui tuent, blessent, éventrent quatre petits footballeurs. Qui, dès que les pseudo résistants du Hamas assassinent, noient sous les bombes le peuple qu'ils ont enfermé. Soutenus, derrière les apparences, par le laisser-faire cynique de leurs alliés respectifs, y compris d'Obama ou Hollande, les deux bourreaux sont objectivement alliés. Unis à la vie - leur survie - à la mort - celle des autres. Leur cerveau est de plomb, du plomb de leurs canons, otage de leur machine de guerre. Pourtant, dans cette nuit noire où s'enfonce l'âme des deux peuples, parviennent toujours à luire les minuscules flambeaux de citoyens anonymes, des gestes d'un vivre ensemble possible, des mots, la musique des jeunes rappeurs de Jaffa. Nous les retrouvons ici trois ans plus tard et leur rêve a grandi. Puissance de la vie.
 
 
Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

​Séparatisme - 19/01/2021

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

Fou


C’est fou de voir dans quels égarements conduit la récupération politique du malheur, de l’émotion collective d’un fait divers. Présidents de la République en tête. Courant après Le Pen père et fille, Nicolas Sarkozy s’en était fait une spécialité. Emmanuel Macron vient de sauter dans sa foulée. Le 14 avril, dans l’affaire Halimi,  la Justice a conclu à l’irresponsabilité pénale du meurtrier pris d’une "bouffée délirante" liée au cannabis : aussi sec, le Président de la République a demandé un "changement de la loi au plus vite". A problème de société complexe, réponse réflexe, irrationnelle. On peut se shooter volontairement pour commettre un acte programmé mais dans la plupart des cas l’usage des stupéfiants est lié à d’autres troubles ou à des conditions de vie difficiles voire dramatiques où la responsabilité des gouvernants dépasse celle des individus. Quand on sait que le nombre des malades psychiques en prison est déjà l’un des grands scandales français, ces récupérations électoralistes tiennent quelque part du délire. 

Michel Rouger
20210422_fou.mp3 20210422 Fou.mp3  (1.14 Mo)


22/04/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires