Le billet

05/06/2013

D'office



Vous êtes raplaplas ? Gare à vous ! Vous risquez l'injonction « Direct l'HP ! » Un rapport vient de révéler que le nombre d'hospitalisations psychiatriques sans l'accord de l'intéressé a connu une hausse jamais vue de 44 % en cinq ans : 43 957 en 2006, 63 345 en 2011. Les chambres d'isolement se sont aussi multipliées. Voilà qui redouble nos angoisses. Pas question bien sûr ici de prendre parti dans les folles controverses entre psys, leurs écoles et leurs chapelles, même si les accros de la camisole chimique ajoutent à nos troubles. Simplement, qu'est-ce qui cloche, docteur ? On s'en doute un peu. Le fonctionnement actuel de la société engendre de grandes souffrances mentales. Raboter les libertés est également assez en vogue. En fait, en France désormais, comme dans bien des pays, l'hôpital psy et la prison se remplissent au rythme des ravages d'une société fort anormale, remplissent un peu le même office.
 
Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires