Le billet

D'office


05/06/2013




Vous êtes raplaplas ? Gare à vous ! Vous risquez l'injonction « Direct l'HP ! » Un rapport vient de révéler que le nombre d'hospitalisations psychiatriques sans l'accord de l'intéressé a connu une hausse jamais vue de 44 % en cinq ans : 43 957 en 2006, 63 345 en 2011. Les chambres d'isolement se sont aussi multipliées. Voilà qui redouble nos angoisses. Pas question bien sûr ici de prendre parti dans les folles controverses entre psys, leurs écoles et leurs chapelles, même si les accros de la camisole chimique ajoutent à nos troubles. Simplement, qu'est-ce qui cloche, docteur ? On s'en doute un peu. Le fonctionnement actuel de la société engendre de grandes souffrances mentales. Raboter les libertés est également assez en vogue. En fait, en France désormais, comme dans bien des pays, l'hôpital psy et la prison se remplissent au rythme des ravages d'une société fort anormale, remplissent un peu le même office.
 
Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

L'oiseau

Dans sa cage, l’homme regarde l’oiseau. Et l’oiseau regarde l’homme. Soudain, l’oiseau s’envole. Il file vers la plage, se pose à un mètre d’un CRS qui contemple la mer, guette un confiné évadé ou songe aux Gilets Jaunes qu’il blessait l’an dernier. L’oiseau reprend son vol. Il voit l’agitation aux portes de l’hôpital, une soignante adossée au mur, épuisée, accablée. Aperçoit dans les rues vides un livreur, des éboueurs, une caissière derrière une vitre, un petit peuple qui assure la survie. Il survole des cages avec de grands jardins et d’autres empilées, entassées. Curieux humains qui s’accommodent des inégalités et font preuve de solidarités. Puis il croise d’autres oiseaux. Ils chantent de nouveau dans la ville. Une femme à son balcon les observe et sourit, protectrice. L’oiseau revient. Il retrouve l’homme dans sa cage. « Alors ? », demande l’homme. « Il faut tout changer », répond l’oiseau. L’homme se lève enfin : «  Oui, on va tout changer. »

Michel Rouger

26/03/2020

Nono

Newsletter